Le jour où j’ai vaincu mes démons avec un mode de vie sain!
Logo de Messenger

mercredi, 4 octobre, 2017 Le jour où j’ai vaincu mes démons avec un mode de vie sain! Temps de lecture 4 minutes

mode de vie

Manque de motivation, crises d’anxiété répétitives, consommation excessive d’alcool causant beaucoup d’agressivité, environnement toxique, deuil non-réglé et j’en passe…

Entre 2008 et 2013, j’ai vécu le deuil de personnes chères à mes yeux, ce qui changea ma vie à tout jamais.

J’ai perdu mon cousin et meilleur ami Keven dans un accident de voiture lorsque j’avais 17 ans, et 5 ans plus tard, mon frérot Dave a été victime d’un arrêt cardiaque à l’âge de 33 ans. Suite à ces événements, j’ai commencé à sombrer petit à petit dans le monde de l’alcool.

Avec les années, le problème prenait de plus en plus d’ampleur… J’étais en train de devenir une personne que je détestais et qui n’était pas le reflet de moi-même. J’avais complètement perdu la maîtrise de ma vie. L’alcool me mettait dans un état de tristesse et de colère profonde… On s’entend pour dire que ça ne fait pas très bon ménage! Moi qui suis une personne sportive et calme de nature, je n’avais plus aucun intérêt pour quoi que ce soit. Je m’évadais dans l’alcool pour assoupir mon mal qui devenait de pire en pire. Tout ce qui m’importait, c’était les amis, les sorties en ville, les partys et d’éviter la solitude le plus possible.

J’évitais les rencontres familiales comme la peste. J’avais honte de ce que je devenais et je ne voulais pas que les gens que j’aime me voient comme ça. Je posais des gestes qui étaient contre mes valeurs, mon estime de moi était à zéro, je n’étais pas bien dans ma peau et ma vie avait perdu tout son sens à mes yeux. Il était temps pour moi de poser action pour reprendre ma vie en main et avoir un mode de vie sain!

Nous ne sommes pas les seuls à qui nous faisons du mal, ça affecte aussi notre entourage, notre famille et les amis qui tiennent à nous.

Il y a maintenant bientôt trois ans de cela, un 15 octobre, j’étais supposé travailler de nuit à la mine. Ayant eu une soirée plutôt bien arrosée la veille, je n’étais pas à mon meilleur pour rentrer au travail. Plus les semaines passaient et que le temps avançait, plus je sentais que j’arrivais à la croisée des chemins. Cette journée-là, j’avais rendez-vous avec la psychologue. Lors de notre rencontre, j’ai commencé à lui parler de mon problème et du fait qu’il était temps pour moi de faire quelque chose pour régler la situation.

Lorsqu’on est pris avec un problème du genre, on est souvent porté à tout remettre à plus tard et à prendre la fuite. Mais cette fois-ci, j’ai eu une petite voix intérieure qui m’a donné la force d’aller de l’avant pour vaincre une fois pour tout ce démon qui m’accompagnait depuis quelques années. Je me suis mis à penser à mon frérot Dave, qui était abstinent d’alcool depuis déjà douze ans avant son décès. J’ai aussi pensé à mon grand-père qui est abstinent depuis bientôt 18 ans.

Je savais que je n’étais pas à l’abri de l’alcoolisme avec notre historique familial et que je devais prendre une décision avant qu’il ne soit trop tard.

En sortant de ma rencontre avec la psychologue, je savais que je n’étais vraiment pas apte à me rendre au travail et que je devais faire un virage à 180° dans ma vie. J’ai alors contacté l’infirmière de la mine pour lui parler de mon problème et je lui ai dit que je n’allais pas être au travail ce soir-là.

L’alcool, c’était terminé pour moi.

Il y avait un programme d’aide pour les employés de la mine, alors je lui ai demandé de me trouver un endroit qui pourrait m’aider à vaincre mon problème. Elle m’a alors dit : « je vais regarder ce que je peux faire et je te rappelle ». Même pas cinq minutes plus tard, le téléphone a sonné et c’est l’infirmière qui me rappelait. Elle m’a dit qu’elle avait trouvé une place pour moi au Pavillon Pierre Péladeau à Val-David (centre pour les personnes ayant des dépendances) et que je devais y être dans les prochaines 48 heures. Tout se passait terriblement vite dans ma tête, mais j’étais décidé plus que jamais à vaincre ce démon qui m’habitait. J’ai donc accepté sans hésiter.

Je m’en allais passer les trois prochaines semaines dans un centre fermé dans un beau petit village des Laurentides en pleine nature, déconnecté de la société, sans cellulaire ou tout autre objet électronique pour pouvoir me centrer sur moi-même avec l’aide de gens qui pouvaient comprendre ce que je vivais.

C’est à partir de ce moment-là que ma vie a changé complètement.

Mon passage là-bas m’a redonné le goût de vivre! Trois semaines à ne penser à rien d’autres qu’à moi-même, à ma vie et à me ressourcer.

À quand la dernière fois où j’avais réellement pris du temps pour moi? Je n’en avais pas le moindre souvenir… Pour la première fois depuis plusieurs années, j’avais enfin pris la décision de me choisir et d’être ma priorité. Ce que j’ai trouvé formidable là-bas, c’est qu’on nous réapprend vraiment la base des choses essentielles de la vie comme manger trois repas par jour, faire son lit, se coucher et se lever à des heures fixes. Bref, ils nous enseignent à remettre de l’ordre dans notre quotidien, à instaurer une routine et un mode de vie sain. Ça m’a aussi permis de développer mon côté spirituel et d’avoir de la gratitude pour la vie en général et les gens qui m’entourent.

Il ne faut pas avoir peur de remercier la vie de ce qu’elle nous apporte et de dire aux gens qu’on apprécie qu’on les aime. Lors de mon séjour au Pavillon, j’ai pu faire la rencontre de gens formidables. Il est impossible de se sentir jugé de façon négative dans cet endroit. Que ce soit mon intervenant, la cuisinière, le réceptionniste, la femme de ménage ou d’autres personnes que j’ai pu connaître durant ce séjour, toutes les personnes du Pavillon ont déjà été prises avec des problèmes de dépendance à un certain moment de leur vie. Ça me fait penser un peu à ce qu’on entend parfois à l’entraînement : il faut l’avoir pratiqué pour pouvoir l’enseigner! C’est en plein le concept qu’adopte le Pavillon.

Sans rentrer plus dans les détails, je suis sorti de ce périple de trois semaines grandi plus que jamais avec un énorme coffre à outils pour entreprendre ma nouvelle vie! C’est bien beau de passer trois semaines dans un centre fermé où il n’y a aucun risque, mais le gros travail se fait lors du retour à la réalité. Un gros ménage m’attendait! Je devais aussi me trouver une passion, un nouveau défi, me bâtir un nouveau réseau social, etc.

En revenant chez moi, j’ai pratiquement tout changé de A à Z : ma routine, mon entourage, mes passe-temps… C’est là que j’ai pu voir qui étaient mes vrais amis et ceux qui tenaient vraiment à moi. On s’entend pour dire que dans les bars, les gens qui sont avec nous ne sont pas toujours là pour les bonnes raisons! J’ai mis de côté tout ce qui était toxique dans ma vie.

J’ai adopté un mode de vie sain.

Ayant toujours eu un intérêt pour le sport et l’entraînement, je me suis alors dit que j’allais me mettre en shape! J’ai commencé à m’entraîner et à bien m’alimenter. Je voulais être bien dans ma peau et être en bonne forme physique. Lorsque la plupart des gens commencent une remise en forme, plus souvent qu’autrement ils le font seulement pour l’aspect physique et esthétique. J’ai eu une grosse transformation physique lors de la première année, mais ce qui m’a le plus frappé, c’est comment on devient bien mentalement lorsqu’on a un mode de vie sain.

J’appréciais tous les petits bonheurs que la vie m’apportait. Aussi niaiseux que ça puisse paraître, le simple fait de boire mon café le matin, de respirer l’air frais dehors, d’admirer le lever du soleil ou de manger mon petit meats and nuts breakfast; tous les matins me mettaient dans un état de joie que j’avais rarement vécu auparavant. Un esprit sain dans un corps sain! Mais pour une personne dépendante, il est facile de laisser une dépendance pour en développer une autre. Je sentais peu à peu que je tombais dans l’excès et que ça pouvait aussi devenir nocif. Lorsque nos connaissances sont limitées, nous sommes souvent portés à penser qu’en faire plus mènera à de meilleurs résultats, mais ce n’est pas toujours le cas. J’ai tombé en surentraînement et je me sous-alimentais en pensant que je deviendrais toujours en meilleure forme.

Je commençais petit à petit à manquer d’énergie, à perdre de la motivation et à ne plus apprécier ce que ça me procurait.

J’ai donc commencé à faire des recherches pour avoir un suivi par un professionnel car je commençais à être dans le néant face à l’entraînement, l’alimentation, etc. Une personne m’a référé Félix et j’ai commencé à le suivre sur sa page Facebook. J’ai pris rendez-vous avec lui et c’est à ce moment que ma vie a atteint un autre niveau. Après mon premier rendez-vous avec Félix, j’ai commencé à vouloir en apprendre toujours plus sur l’alimentation, l’entraînement, la santé, le wellness, etc. Une passion était née et j’avais maintenant un but clair.

Félix a agi comme un mentor pour moi et il m’a guidé dans toutes les formations que j’ai faites dernièrement. J’ai même eu la chance d’en faire une avec lui en avril au gym MI40 à Tampa Bay. C’était une expérience remarquable que je ne suis pas près d’oublier. Je sais maintenant que mon but dans la vie est d’aider les gens à être en santé et à améliorer leurs habitudes de vie. Je disais plus tôt que j’ai appris à avoir de la gratitude et que c’est important de l’exprimer. En voilà un exemple!

Merci Félix de m’avoir permis de découvrir une passion pour la santé et d’avoir vu le potentiel en moi! Cela m’a permis de joindre l’équipe de FD Fitness, et j’en suis fier et très reconnaissant.

Ceci étant dit, tout le monde a le droit à une deuxième chance dans la vie. Rien n’est impossible!

N’ayez pas peur de confier vos problèmes. Lorsque vous êtes pris avec une dépendance, allez chercher de l’aide, entourez-vous de gens positifs qui vous aideront à atteindre vos objectifs et à vous élever à un autre niveau. Nous sommes la moyenne des cinq personnes avec qui on passe le plus de temps à ce qu’il paraît. Je l’ai fait et tout le monde est en mesure de le faire.

Je n’avais aucune motivation, aucun but et aucune passion, et maintenant je suis motivé et déterminé à foncer dans la vie à plus de cent milles à l’heure pour réaliser mes désirs les plus chers. Ayez des rêves et mettez tout en place pour les accomplir!

Choisissez-vous et faites de vous votre priorité!

Dany Lavoie Mercier

Consultant FD Fitness en Abitibi-Témiscamingue

Suis-moi sur instagram

Prends rendez-vous avec moi