Comment se sortir d’une mauvaise passe? | FD Fitness consultant

lundi, 25 janvier, 2021 Comment se sortir d’une mauvaise passe? Temps de lecture 3 minutes

Article tiré de l’édition 35 du webmagazine FD Fitness.

 

La vie nous lance constamment des balles courbes. Des défis de toutes sortes viennent de toutes parts. Que ce soit le résultat de nos décisions ou pas, il faut s’assumer. Les problèmes financiers, relationnels, de santé ou un simple manque de motivation ne sont jamais bien loin et ont le pouvoir de nous mettre dans une mauvaise phase débilitante qui semble interminable.

 

Je vais être totalement transparent pour cet article et je vais vous avouer quelque chose que je croyais très loin de moi. La démotivation. Mais comme je l’ai expliqué dans un de mes articles, la raison pour laquelle j’ai débuté le jiu-jitsu brésilien est exactement celle-ci : j’étais complètement démotivé et je me questionnais constamment sur mes motivations en entraînement. De plus, je me sentais comme de la vraie merde presque tous les jours.

 

J’ai découvert que la motivation doit être nourrie.

Elle est aussi affectée par plusieurs facteurs internes et externes. Savoir reconnaître quand, pourquoi et comment manipuler ces facteurs distincts est la première ligne de défense contre la baisse de motivation. La qualité de notre entourage est extrêmement importante pour notre réussite. Si personne à la maison ne trouve le courage ou ne comprend nos motivations pour l’entraînement ou une nutrition saine, nous aurons toutes les raisons du monde pour ne pas suivre le plan.

 

« Si l’esprit est prêt, le corps continuera et sans grands efforts. » – Sun Tzu

 

Les fameuses mauvaises journées…

L’important est de continuer de se présenter. Il faut absolument laisser l’égo de côté. Malheureusement, la plupart du temps, plusieurs entraînements laisseront à désirer. Si vous êtes perfectionniste, ce sera encore pire. Mais il faut continuer. Il y a ceux qui ne se concentrent que sur le négatif. Ceux qui ne font que constater les déboires des autres, ne serait-ce que pour constater que leur petite vie n’est pas si mal, mais ce n’est qu’une illusion.

 

« Connais-toi, ainsi que ton ennemi. Un millier de batailles, mille victoires. » – Sun Tzu

 

Il est important de se rappeler que de savoir exploiter nos propres forces ET faiblesses nous permettra de progresser dans plusieurs sphères de nos vies. Par exemple, vous savez qu’avec votre horaire bien chargé, il vous sera impossible de faire plus de 3 entraînements par semaine pendant un temps donné. Vous devrez vous parler et accepter de devoir provisoirement ralentir, car ne pas tenir compte de votre situation actuelle et essayer de pousser malgré le manque de temps pourrait fragiliser votre santé. Apprenez à suivre le courant. Vous ne risquerez pas de mettre vos gains musculaires en jeux à cause du surmenage.

 

Si vous êtes de ceux qui ont le sommeil fragile, prendre des suppléments adaptés comme le magnésium et la mélatonine pourront aider grandement à maximiser votre qualité de sommeil, alors pourquoi ne pas avoir ces deux suppléments à la portée de la main? Aussitôt que vous sentez votre cycle circadien perturbé, utilisez les outils que vous avez sous la main. N’attendez pas qu’il soit trop tard!

 

Avec l’omniprésence des médias sociaux, performer est la seule option, sinon le sentiment d’échec est augmenté à la puissance 10.

 

« Celui qui reconnaît quand combattre connaîtra la victoire. »

 

Il faut parfois savoir quand prendre des pauses en entraînement. Voici la grande efficacité de la périodisation. Le corps (et notre psychologie obsessive) ne reconnaît pas toujours les signes avant-coureurs du surentraînement. C’est pour cette raison qu’il faut planifier des périodes de repos à intervalles réguliers afin de permettre au corps de bien récupérer. Il ne faut pas toujours être au bout de la corde avant de prendre un temps de repos. C’est lorsque nous nous sentons bien que les petites pauses font le plus de bien. Cela vous permettra d’éviter des blessures et des contre-performances à l’entraînement.

 

La motivation se cultive.

Toutes ces petites méthodes font en sorte que votre esprit reste en mode attaque et non en mode « je veux juste me coucher en boule ». Personne ne peut, et ne devrait jamais, foncer à 100 milles à l’heure tous les jours, sans relâche. Ceci est d’une stupidité extrême. À quoi bon se défoncer s’il faut toujours recommencer à zéro une fois que le corps n’en peut plus? Il faut s’entraîner intelligemment et non pas pour impressionner la galerie.

 

Éric Falstrault

Auteur du livre Le code

Fondateur et propriétaire de BODHI FIT