La ceinture abdominale : les abdominaux et le dos | FD Fitness consultant
Logo de Messenger

lundi, 13 mai, 2019 La ceinture abdominale : les abdominaux et le dos Temps de lecture 2 minutes

La ceinture abdominale, ça vous dit quelque chose?

L’été est à nos portes. Les magazines et les publicités en profitent pour promouvoir leurs nouvelles collections d’été, et ce, via des mannequins nous montrant leur #bikinibody. C’est ainsi que débute votre journal de bord pour atteindre ce six pack de rêve. Le marketing en profite alors pour vous offrir des recettes miracles pour atteindre votre objectif. Même WikiHow vous présente 21 étapes pour « avoir des abdominaux bien découpés ».

Plusieurs pensent qu’avoir de forts abdominaux permet d’avoir la ceinture abdominale stable. Par ceinture abdominale, on fait référence aux muscles englobant les dernières côtes et les viscères, en d’autres mots : les muscles du bas du dos et du ventre. Ceux-ci agissent comme corset naturel pour supporter le poids du corps. Mais faites attention ! Avoir ces « abdominaux découpés » n’est pas nécessairement synonyme de stabilité du tronc.

 –

La stabilité du dos, c’est quoi ?

Il faut d’abord comprendre que l’un des rôles importants du bas de la colonne vertébrale est de supporter le haut du corps et de transmettre ce poids aux jambes. C’est là que la stabilité entre en jeu : une bonne stabilité permet cette transmission de force tout en maintenant une posture prolongée ou en exécutant nos activités quotidiennes sans douleur. L’instabilité ou l’hypermobilité du dos, en revanche, signifie qu’un ou plusieurs mouvements entre les vertèbres de la colonne peuvent être excessifs. Par conséquent, cela peut à la fois être l’origine ou le résultat de blessures au dos(1).

En quoi consiste le corset naturel ?

La ceinture abdominale est séparée en trois couches musculaires: superficielle, intermédiaire et profonde. Bien que les muscles profonds sont surtout considérés comme des stabilisateurs (les multifides et le transverse de l’abdomen, entre autres) et que ceux de la couche superficielle (responsable du six pack) sont considérés comme des mobilisateurs, il faut voir la paroi abdominale comme une entité. En effet, chaque muscle est primordial pour assurer la stabilité du tronc. Toutefois, si l’un de ces muscles est endormi, une hypermobilité, une instabilité ou un manque de contrôle peut alors être présent et créer, par exemple, de la douleur dans le bas du dos.

Donc, avoir des abdominaux découpés n’est pas nécessairement synonyme de stabilité du tronc. Ces recettes miracles ont souvent tendance à faire travailler les muscles de la couche superficielle et intermédiaire, responsables de ce six pack, négligeant ainsi les muscles de la couche profonde.

Pourtant, la stabilité est nécessaire tout au long de la journée pour vaquer à nos tâches quotidiennes sans blessure. Par conséquent, s’entraîner en endurance plutôt qu’en force peut s’avérer un choix judicieux. Selon un article de McGill et al., « people, from patients to athletes, must be able to maintain sufficient stability in all activities – with low, but continuous, muscle activation(1).» Bien entendu, tout peut dépendre de votre objectif d’entraînement : un athlète n’aura pas les mêmes besoins que monsieur et madame Tout-le-monde. Toutefois, avant de commencer l’entraînement spécifique, il est primordial d’obtenir une stabilité de base.

En conclusion, soyez prudent avec vos programmes d’entraînement et leur provenance. Consulter un professionnel du domaine vient minimiser les chances de se blesser et permet d’avoir un programme complet et personnalisé selon vos besoins (en plus d’avoir ce beau six pack si tel est votre objectif).

 

FD Fitness saura répondre à vos besoins !

 

Dominique Trudelle

Physiothérapeute

 –


Références :

  1. McGill SM, Grenier S, Kavcic N, Cholewicki J. Coordination of muscle activity to assure stability of the lumbar spine. Journal of Electromyography and Kinesiology. 2003;13(4):353-9.
  2. Cholewicki J, McGill SM. Mechanical stability of the in vivo lumbar spine : implications for injury and chronic low back pain. Clinical Biomechanics (Bristol, Avon). 1996;11(1):1-15.
  3. Neumann DA. Axial Skeleton : Muscle and Joint Interactions. KINESIOLOGY of the MUSCULOSKELETAL SYSTEM Foundations for Rehabilitation. Second Edition: Mosby Elsevier; 2010. p. 380-98.
  4. Netter FH. Abdomen. Atlas d’anatomie humaine: Elsevier Masson; 2011. planche 240-52.