Ma transformation | FD Fitness consultant
Logo de Messenger

dimanche, 15 juillet, 2018 Ma transformation Temps de lecture 4 minutes

Ma transformation

Étant ma transformation, cet article est très personnel. En fait, vous allez entrer dans ma tête.

transformation

Cet article  « Ma tranformation » est tiré du webmagazine de janvier 2018

 

Vous découvrirez mes démons, et je vous garantis que vous allez reconnaître les vôtres à travers ce récit de la dernière année de ma vie, qui est ma transformation. Si vous vous attendez à un article avec des plans de nutrition, des programmes et tout le kit, passez au suivant, mais je vous suggère fortement de lire ce qui suit. Peut-être pour comprendre que tout programme ou toute diète, aussi bons semblent-ils, ne valent pas de la merde si le mental ne suit pas. Cette petite aventure m’a même permis d’avoir une entrevue et un article qui est paru dans le Men’s Health.

Par contre, ils n’ont saisi qu’une petite partie de l’histoire de ma transformation.

J’ai souvent été mis au pied du mur, soit par mon propre orgueil ou par le manque de motivation qui me puait au nez et qui m’obligeait à changer mes habitudes par pur défi personnel.

Cette fois-ci par contre, ce fut la dernière.

En novembre 2016, nous étions allés, moi et la petite familia, au Mexique pour de petites vacances bien méritées. Comme tout bon entraîneur partant en vacances, j’ai dû me mettre en shape. En fait, j’aurais gardé la shape de l’été passé sans grand problème, car en shape je croyais être… Rond est une shape, non?

Parlons des vraies affaires.

J’entends souvent la bullshit de nouveaux clients qui croient qu’ils n’ont qu’à perdre 5 à 10 lbs pour avoir l’air en shape. Je réponds toujours: « Ben oui, le gros » dans ma tête quand je sais très bien que le travail à faire est monumental et qu’ils n’ont aucune idée de ce dans quoi ils s’embarquent. S’ils croient que ce n’est que pour perdre leur petit 5 lbs, passe au suivant; ça ne m’intéresse pas…

Plus pathétique encore, je me surprends à me dire cette même merde cérébrale! La petite partie peureuse et procrastinatrice de mon cerveau me dit exactement la même chose, et cette fois-ci, la petite voix était un peu trop omniprésente. Prendre le chemin le plus facile! Prendre les petits biscuits et du beurre d’amande et noisette comme collation le soir.

Un soir ce n’est pas si grave, mais à tous les soirs, ça devient un problème cumulatif.

Par contre, ce n’est pas comme si je prends un biscuit au chocolat plein de gluten avec du Nutella! Je prends des biscuits sans gluten avec du beurre d’amande et coco, qui est supposément un bien meilleur choix. Si je m’entraîne plus fort, il n’y a pas de problème si j’en prends plus, non? L’équation est simple : les calories qui entrent égalent les calories qui sortent. Je peux m’en permettre un peu, voyons donc… Et je suis déjà en shape

Ma shape me semblait suffisante. J’avais mes 4 premiers abdos, avec le bon éclairage, des bras pas pires et j’avais l’air de quelqu’un qui s’entraîne fort…

Bienvenue dans ma tête.

Je savais que c’était de la bullshit. Je n’étais pas content avec moi-même. Que ce soit à cause de mon attitude et mon manque de patience avec mes enfants et ma famille, mon manque de motivation dans mes entraînements ou mon laisser-aller de tout ce qui me tient à cœur. La vérité était que je n’étais pas dans une bonne période mentalement, et que j’ai une peur bleue du mot qui débute avec « dé » et qui finit par « pression ».

Un après-midi, ma femme, par pure farce et sans aucune intention de me faire du mal, seulement pour me taquiner, m’a pris le ventre et m’a dit que je commençais à avoir de la bedaine. Grosse surprise pour elle, mais pas pour moi. Même si ce n’était pas une surprise, le monsieur était insulté quand même.

La vérité dans la face, par la femme que j’aime.

That’s it

Avec le temps des fêtes dans le décor, ma shape était encore plus ronde et mon cerveau lui, devenait mon pire ennemi. Fatigue accrue et troubles de sommeil extrêmes; plus rien n’allait.

En février 2017, le verre débordait, genre la grosse vague à la fin du film Armageddon. Si je continuais comme ça encore quelques jours, les idées noires m’emporteraient dans une place d’où je ne pourrais plus jamais revenir.

Il me fallait du changement. Une de mes passions me manquait énormément. Le manque de temps dû à mon horaire chargé et mes fins de soirée que je dédiais à ma femme et mes enfants m’empêchaient de pouvoir sortir et aller m’inscrire à des classes de Jujitsu brésilien. J’ai demandé à une de mes athlètes si elle connaissait quelqu’un qui pouvait se déplacer et venir me donner des cours privés à mon centre dans mes temps morts, soit entre 2h et 4h l’après-midi.

C’est à cet instant que ma vie a pris un tournant incroyable. Andrew, un des instructeurs du Gracie Barra à Laval pouvait se déplacer aux heures que je désirais. Alors depuis février 2017, moi et mon partenaire d’entraînement Anthony Spinello (mon bras droit au centre Bodhifit), nous nous entraînons environ 7 à 10 heures par semaine au BJJ, sans compter les entraînements musculaires que je crée pour nous deux et les autres athlètes qui se sont joints à nous depuis ce temps.

En fait, j’écris cet article assis confortablement (gros sarcasme) dans un train, à mon retour d’une compétition. Après 9 mois d’entraînement intense, nous avons décidé de nous lancer et de briser la glace en compétition.

Compte-rendu de la compétition : médaille de bronze. En réalité, je me fous bien de la médaille, j’ai gagné 3 de mes 4 combats. Nous étions 7 athlètes du gym et nous avons ramené 3 médailles. Mais nous avons tous rapporté des leçons bien personnelles de cette expérience.

transformation

L’entraînement intense des derniers mois, le Jujitsu brésilien et la nutrition m’ont permis de me remettre en forme, d’avoir les abdos et la condition physique que j’ai toujours voulus. Mais réellement, c’est bien plus que ça. J’ai gagné plusieurs amis avec qui j’ai partagé des moments incroyables en compétition. Ils m’ont aidé à dépasser mes limites sur les tatamis. J’ai tout donné et je leur dois une fière chandelle.

La confrérie du BJJ est incroyable. Tu laisses ton partenaire d’entraînement t’étrangler sur le bord de la perte de conscience, à un cheveu de te casser le coude ou l’épaule, et tu sors de tout ça avec un high five et un respect incroyable pour tout ceux avec qui tu viens de rouler. Ce n’est qu’un jeu d’échecs avec des bras, des jambes et des veines jugulaires. Le premier qui fait une erreur, perd.

Par-dessus tout, j’ai la chance de pouvoir pratiquer ce sport avec mon petit garçon. Juste pour ceci, ça n’a pas de prix.

Est-ce que la plaisanterie de ma femme a motivé le tout? J’ai réalisé que non. C’était beaucoup plus personnel que je ne le croyais.

Oubliez la shape, les abdos, le bien paraître des entraîneurs qui savent de quoi ils parlent, et toute la motivation que j’ai le pouvoir d’apporter aux autres. Cette fois-ci, j’ai fais cette transformation pour moi. Si en lisant ceci, certains d’entre vous embarquez dans le bateau, je suis extrêmement content pour vous. Mais si vous ne le faites pas pour les bonnes raisons, vous devrez recommencer tôt ou tard.

Si vous le faites pour la santé mentale et physique, le reste suivra…

 

Éric Falstrault

Auteur du livre Le code

Fondateur et propriétaire de BODHI FIT


Vous aimez ce genre d’article? Découvrez notre webmagazine pour ne rien manquer! Vous y trouverez de nombreux textes informatifs comme celui-ci, des recettes santé, des entraînements complets, bref tout pour vous aider à atteindre vos objectifs!

corps

corps